Macroeconomic News Flash

Environnement économique et perspectives trimestrielles

 

Bâle Q1-2022 (janvier 2022)

Suisse

La croissance devrait ralentir au premier trimestre 2022. Ensuite, la reprise pourrait se renforcer tout au long de cette année. Une demande externe soutenue continuera d’avoir un impact positif sur l’économie mais les incertitudes du secteur manufacturier en Allemagne ont un effet en Suisse et en Europe. Le renchérissement du franc suisse inquiète toujours la BNS qui reste vigilante pour endiguer sa hausse. La pandémie mondiale de coronavirus, malgré le succès de la campagne de vaccination dans les pays développés, rend incertaines les perspectives de croissance de l’économie.

USA

L’économie américaine continuera son redressement au premier trimestre de l’année 2022. La consommation des ménages reste soutenue, le secteur de l’emploi se renforce et le taux d'épargne affiche une bonne progression. Le secteur de l’immobilier est ferme. Malgré la pandémie, la croissance restera soutenue. La Fed envisage de rendre sa politique monétaire moins généreuse sans pourtant essayer de maîtriser le déficit budgétaire. Les taux d’intérêt devraient remonter pour lutter contre la hausse des prix. Les sociétés américaines verront leur profitabilité s’améliorer, leurs bénéfices vont aussi profiter de la reprise du pétrole et des autres matières premières. Mais une croissance plus hésitante en Europe et dans le reste du monde pourrait pénaliser les sociétés exportatrices. Ce scénario optimiste est renforcé par les mesures prises par la Fed et l’administration fédérale : le plan de relance approuvé par le Congrès permettra d’éviter une dislocation de l’économie et d’assurer la poursuite de la reprise.

Europe

La production industrielle stagne quelque peu. Les taux de croissance ne progressent plus et certains pays européens ne sont plus en mesure d’assainir leur déficit budgétaire. Néanmoins, la BCE s’attend à la poursuite de la reprise et continue ses rachats de la dette publique et privée à fin de soutenir l’économie. Elle fera tout le nécessaire pour aider la zone euro à sortir de la crise. La relance de son programme d’assouplissement monétaire semble plaire et rassurer les marchés. Au Royaume-Uni, la Banque d'Angleterre a relevé ses taux d’intérêt et mènera une politique monétaire moins généreuse pour lutter contre la hausse des prix, tout en essayant de soutenir l’économie. Elle a l’intention de réduire son programme d’achat d’actifs. Le Chancelier de l’Echiquier a pris les mesures nécessaires pour soutenir la croissance maintenant que le divorce avec l’Union européenne est irréversible.

Asie

Le gouvernement japonais est fermement décidé à relancer la croissance tout comme l'inflation et mène une politique monétaire très généreuse, avec un programme ambitieux de rachat de titres d’Etat. La politique budgétaire a atteint ses limites et la dette publique reste très élevée. L’économie de l’archipel n’est pas sur un sentier de forte croissance, la consommation privée est hésitante. Les exportations progressent mais pourraient souffrir d’un Yen relativement ferme. En Chine, le secteur exportateur affiche de meilleurs résultats que prévu, l'économie et la demande domestique semblent davantage soutenues. En Inde, des mesures sont prises pour encourager la croissance, la pandémie prend des proportions inquiétantes et affaiblit les perspectives de croissance.

Devises - Perspectives

CHFStable, bénéficiant de son statut de monnaie-refuge. La BNS restera vigilante pour empêcher un renforcement excessif.
USDFort.
EUROStable.
GBPFort.
JPYStable, pourrait s’affaiblir si la Banque du Japon intervient.
OrSoutenu malgré la stabilité du dollar.
PétroleFerme.

Marchés financiers - Perspectives

SuisseEuropeUKUSAJapon
Taux d’intérêtbasbashaussehaussebas
Obligationsstablestablestablestablestable
Actionsvolatilevolatilevolatilevolatilevolatile

L'évaluation de l'environnement et des perspectives économiques qui précède ne doit pas être interprétée en tant que recommandation d'achat ou d’investissement. Elle n’est pas le résultat d'une analyse financière et ne correspond donc pas aux «Directives visant à garantir l'indépendance de l'analyse financière» de l’Association suisse des banquiers.